La Brebis Egarée

Arts Visuels et Spectacle Vivant

La Brebis Egarée

Graine de Cabane

Graine de Cabane

Le spectacle

« Graine de cabane – un spectacle en boîte » est un spectacle musical jeune public de 45 minutes qui met en scène Argo, livreur désappointé de chez Ozon, qui ose un jour ouvrir un colis sur lequel est écrit « FRAGILE - SPECTACLE ». Dans le colis se trouve un costume d'artiste et une boîte de spectacle en kit à monter : un nouvel horizon s'ouvre ainsi à lui, devenir artiste. Commence alors une aventure musicale, à partir d'objets recyclés et détournés, qui aboutira à la création in vivo de la bande sonore d'un court métrage d'animation, à la façon d'un ciné-concert. Ce spectacle hybride se sert à la fois de la musique, du corps et de l'image pour toucher les enfants, les faire rire et réfléchir à des problématiques environnementales.

Intentions

Le spectacle touche au thème de la gestion des déchets à travers la création d’instruments de musique à partir d’objets jetés, dans le but de construire une batterie-orchestre de fortune.

Josh Imeson est interprète et co-auteur de "Graine de Cabane - un spectacle en boîte"
Josh Imeson est interprète et co-auteur de "Graine de Cabane - un spectacle en boîte"Josh Imeson est interprète et co-auteur de "Graine de Cabane - un spectacle en boîte"
Josh Imeson est interprète et co-auteur de "Graine de Cabane - un spectacle en boîte"Josh Imeson est interprète et co-auteur de "Graine de Cabane - un spectacle en boîte"

Josh Imeson est interprète et co-auteur de "Graine de Cabane - un spectacle en boîte"

Le court métrage

Le court métrage d’animation « Graine de cabane », d’une durée de 10 minutes, est l’aboutissement du spectacle : dans sa folie créatrice, Argo sort de la poubelle des éléments clé du spectacle, un projecteur et des bouts de pellicule d’où va jaillir, littéralement, le récit central du spectacle, le court métrage. Le film d’animation sera projeté sur une toile déployée à partir de la poubelle.

Pitch

Malo est un jeune garçon chassé de sa cabane par des promoteurs immobiliers qui font tomber son arbre et la forêt qu’il habite afin de construire un parking gigantesque. Commencent alors des aventures mouvementées à travers paysages naturels et urbains qui confrontent le garçon à l’avidité de l’homme face à la nature.

 

Intentions

Le récit explore les questions de l’impact de l’homme sur son environnement mais célèbre aussi l’idée de l’exploration, l’aventure, le courage et l’amitié à travers les expériences et les rencontres de notre personnage Malo. Le film explore également la présence d’urbanisation des milieux naturels et la pollution de l’eau. A travers mon travail pédagogique, le spectacle vivant, le cinéma et la musique, j’ai constaté que la sensibilisation des enfants aux enjeux environnementaux passe souvent par leur amour pour les animaux. C’est pourquoi l’univers de Malo, habité par ses amis animaux, permet de rentrer dans le vif des questions d’ordre écologique, sans s’attarder sur des points de vue trop moralisateurs ou anxiogènes. Qu’est-ce qu’être proche de la nature ? Quelles sont les conséquences de nos modes de consommation ? Comment faire pour que la planète aille mieux ?

L’histoire de Malo est un parcours initiatique qui juxtapose des séquences d’action (l’envol, la chute de l’arbre, les rapides, la tempête, etc.), et des séquences de contemplation d’un monde curieux et changeant (la rivière, la ville, le continent de plastique, etc.). L’eau constitue un leit motiv dans le récit, de la première goutte que Malo ramène de ses explorations pour arroser son arbre, vers le cours de la rivière qui le conduit jusqu’à l’océan. L’eau est nourricière, mais aussi dangereuse et imprévisible. Tantôt limpide, tantôt polluée, elle porte les traces des environnements que le protagoniste traverse.

Essais d'animation, studio de la Filature de Mazel (48)Essais d'animation, studio de la Filature de Mazel (48)
Essais d'animation, studio de la Filature de Mazel (48)Essais d'animation, studio de la Filature de Mazel (48)
Essais d'animation, studio de la Filature de Mazel (48)Essais d'animation, studio de la Filature de Mazel (48)Essais d'animation, studio de la Filature de Mazel (48)
Essais d'animation, studio de la Filature de Mazel (48)Essais d'animation, studio de la Filature de Mazel (48)Essais d'animation, studio de la Filature de Mazel (48)

Essais d'animation, studio de la Filature de Mazel (48)

Ateliers pédagogiques

L’idée est d’amener les enfants à la recréation d’une bande son pour le court métrage d’animation. L’objectif de ces ateliers est de mettre les enfants au cœur de la création artistique et ainsi favoriser l’épanouissement et le sentiment de fierté, tout en s’appuyant sur des images qui ont du sens.

A l’issue du spectacle, après un temps d’échauffement ludique du corps et de la voix, les enfants auront un temps pour échanger sur leur perception du spectacle, de la musique et du court métrage, puis de découvrir les instruments de musique fabriqués.

Une fois les instruments essayés, ils vont en choisir un qui sera associé à un personnage ou un élément fort du court métrage (ex : le garçon, l’oiseau, le vent). A la manière de « Pierre et le loup », les enfants vont eux-mêmes mettre en musique le court métrage (qu’ils ont déjà vu dans le spectacle) en incarnant personnages et autres éléments de l’histoire.

Nous souhaitons que cette nouvelle œuvre collective fasse l’objet d’une projection publique qui convierait à la fois les familles des enfants, des représentants des villes et des acteurs de l’environnement, tels que des CPIE (centres permanent d’initiative pour l’environnement) afin de lancer une réflexion collective et idéalement créer un impact à long terme.

 

Pédagoge et responsable d'interventions pour des publics de tous âges, Josh organise des ateliers de cirque, musique et cinéma depuis 2006.Pédagoge et responsable d'interventions pour des publics de tous âges, Josh organise des ateliers de cirque, musique et cinéma depuis 2006.
Pédagoge et responsable d'interventions pour des publics de tous âges, Josh organise des ateliers de cirque, musique et cinéma depuis 2006.Pédagoge et responsable d'interventions pour des publics de tous âges, Josh organise des ateliers de cirque, musique et cinéma depuis 2006.

Pédagoge et responsable d'interventions pour des publics de tous âges, Josh organise des ateliers de cirque, musique et cinéma depuis 2006.

Les auteurs

 

Anaïs Douat et Josh Imeson sont partenaires de scène, de musique, de vie et avec « Graine de Cabane » ils sellent leur première co-réalisation dans le domaine du film d’animation.

Anaïs Douat est danseuse et voltigeuse depuis 2006 et enseignante agrégée d’anglais depuis 2013. Sa formation artistique a commencé par la danse classique et contemporaine, puis le tango argentin, pour aboutir à la pratique du cirque : portés acrobatiques, tissu aérien et corde lisse. Son entrée dans l’univers circassien a commencé à Paris chez Cirkoum en 2009, s’est prolongée à Melbourne au National Institute of Circus Art en 2010, mais a concrètement pris forme en 2011 avec les Noctambules, école des Arènes de Nanterre, là où son premier numéro de portés a vu le jour. Trois ans plus tard, c'est avec les circassiens de Millau qu'elle a créé la compagnie La Brebis Egarée. Elle est auteur, metteur en scène et interprète de « Passages » et « Invisibles » et se retire de la scène pour se concentrer sur la mise en scène de « Graine de cabane – un spectacle en boîte »

Josh Imeson explore l'image, la musique, le bois, l'écriture et le corps. Son approche du spectacle vivant a commencé par l'audiovisuel, en réalisant des prestations vidéo pour les compagnies. Depuis dix ans, le travail du corps a pris une place importante dans son rapport à l’art, mêlant un pratique de la capoeira, la danse contact et acrobatique et le cirque, pour venir compléter son travail audiovisuel et le pousser tout naturellement vers la mise en scène et l’écriture scénographique. Son travail d’auteur-compositeur l’amène aujourd'hui sur scène en tant que clown, acrobate, porteur et musicien dans

« Passages » et « Invisibles ». Il est l'un des cofondateurs de La Brebis Égarée.

« Au-delà de nos intentions artistiques, nous cherchons à avoir une démarche personnelle en cohérence avec les principes que nous défendons sur scène. Bâtissant notre maison sur un terrain en gestion collective sur les terres du Larzac avec des matériaux locaux et écologiques, nous sommes actuellement en transition vers une autonomie énergétique globale. Panneaux solaires, voiture électrique, récupération de l’eau de pluie, phyto-épuration, toilettes sèches, et autres astuces du quotidien cadencent notre vie afin de minimiser le plus possible notre impact sur la nature. Nous récupérons le plus possible nos matériaux de construction. Chaque année, nous agrandissons notre verger et la forêt environnante en transplantant des espèces locales, et nous entretenons notre potager selon les principes de permaculture. Nous menons de concert avec notre projet de vie et de lieu d’accueil, un travail artistique pluriel qu’est le cinéma, le cirque et la musique. »

Josh et Anaïs en scène, à la mise en scène, devant et derrière la camera.
Josh et Anaïs en scène, à la mise en scène, devant et derrière la camera.Josh et Anaïs en scène, à la mise en scène, devant et derrière la camera.
Josh et Anaïs en scène, à la mise en scène, devant et derrière la camera.Josh et Anaïs en scène, à la mise en scène, devant et derrière la camera.Josh et Anaïs en scène, à la mise en scène, devant et derrière la camera.
Josh et Anaïs en scène, à la mise en scène, devant et derrière la camera.Josh et Anaïs en scène, à la mise en scène, devant et derrière la camera.

Josh et Anaïs en scène, à la mise en scène, devant et derrière la camera.

La compagnie

La compagnie La Brebis Égarée est née d’une rencontre d’artistes circassiens, musiciens et d’un réalisateur en 2013. Le croisement du travail du corps, de la musique et du cinéma est au cœur des intentions de la compagnie.

Ces trois formes d’expression artistique s’entremêlent sur un pied d’égalité. Tantôt la musique vient sublimer les chorégraphies en fond sonore, tantôt elle passe à l’avant plan et est jouée sur scène, ou encore accompagne un court métrage. Quant aux œuvres cinématographiques, elles sont parfois décors évolutifs de fond de scène marquant un ancrage dans le territoire Larzacien, et d’autres fois éléments narratifs apportant au spectateur des clés de compréhension du récit qui se joue sur scène. Le corps, lui, est dansé, contorsionné, maltraité, désaxé, animal, à la fois terrien et aérien. Parfois sérieux, souvent loufoque.

 

Le travail de la compagnie est souvent sollicité par des structures qui souhaitent utiliser la forme artistique pour divertir, sublimer et transmettre. Depuis 2014, la Brebis Egarée travaille avec l’éducation nationale, des IME, MAS, camps de réfugiés, foyers de vie, des centres sociaux, associations de cirque et de valorisation du patrimoine, municipalités, théâtres, festivals tous publics. La compagnie a à cœur de s’adresser à des publics, de tous horizons et origines. La compagnie se déplace pour franchir des barrières et frontières invisibles afin de confronter la question de la diversité et du droit de chacun de se s’émouvoir, s’épanouir, s’interroger grâce à l’art. L’importance de toucher des publics dans des zones rurales ou quartiers urbains peu desservis par la culture est visible dans les thématiques abordées par nos spectacles : exclusion sociale, marginalisation, histoire des territoires, la rencontre des cultures, et l’écologie. La compagnie travaille sur des spectacles adaptés autant aux scènes conventionnées qu’aux petites salles de classe, en passant par les autres lieux de culture potentiels entre les deux.

 

Soutenue au travers de multiples projets par la Ville de Millau, Aveyron culture, le Parc naturel régional des Grands Causses et Catalis-Incubateur d’innovation sociale, la Brebis Egarée touche par ses spectacles et ateliers un public estimé de plus de 2000 personnes par saison de tous âges.

Graine de Cabane
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :